Maroc : Restrictions des appels via la VoIP continue les internautes réagissent

image_pdfimage_print

Depuis le début du nouvel an 2016, au royaume Maroc le blocage des appels via les VOIP continue sur  Skype, Viber, WhatsApp, FaceTime et Facebook Messenger, sur la 3G et la 4G (en attendant son blocage imminent sur le Wi-fi), par les trois opérateurs téléphoniques du royaume, Télécom, Méditel et Inwi.

 

Capture-d-ecran-d-une-tentative-de-communication-vocale-via-WhatsApp-du Maroc

Ce blocage des services VOIP a suscité une vague d’indignation au Maroc. Les internautes ont appelé au boycott de deux jours, les 16 et 17 janvier 2016. aux trois opérateurs nationaux.

Des internautes marocains ont lancé plusieurs pétitions contre ce blocage des appels, dont une adressée aux trois opérateurs téléphoniques et une autre au chef du gouvernement, parmi ces lettres de protestation, une qui a été aussi adressée au président de l’ANRT, l’Agence nationale de régulation des télécommunications, l’auteur dit :  » lorsque l’on paye pour le service fourni par l’opérateur, celui-ci inclus l’accès à la VoIP, son blocage entraîne donc un non-respect des conditions générales de vente du contrat d’abonnement ». une autre pétition indique que :  » ces opérateurs n’ont pas le droit de suspendre les appels VOIP sans nous prévenir ou sans nous proposer d’autres alternatives payantes ».

Sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter, les Marocains ont réagi à leur manière : Cette restriction c’est une entrave aux libertés de communication, : 1 pas en avant (le solaire) 10 pas en arrière (les télécoms) », tweete cet internaute. « Quand tu paies la 3G ou la 4G, c’est bel et bien pour tous les services internet et non une partie », écrit un autre. « Impossible de passer des appels depuis le début du moi de janvier !! » s’indigne un troisième.

Sur Facebook, le Marocain Amine Raghib appelle à boycotter les entreprises « gourmands » dont le seul moyen de faire face à la concurrence et de bloquer les services VOIP, sa vidéo a été visionnée plus de 484k fois jusqu’ici, il a averti les entreprises que si elles ne changent pas leur position, les clients vont augmenter leur mouvement de boycotte. (exemple ne pas payer la facture…).

Le blocage de WhatsApp,Viber et Skype a fait aussi réagir une partie de la classe politique marocaine. Dans un communiqué publié vendredi 15 janvier, l’Union constitutionnelle « regrette la décision de blocage de la VoIP sur les applications mobiles chez les trois opérateurs de télécommunications au Maroc », qui « intervient contre tout bon sens technologique (…) et comporte des zones d’ombre à la fois du point de vue de sa légalité et de sa portée symbolique ».

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.